Il s’est tenu ce Jeudi 11 Février 2021, de 16h00 à 17h30, par visioconférence et sous la très haute autorité de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, la 16ème réunion de la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.  

Ont été invités à se joindre aux Membres de la Coordination Nationale les Professeurs Fidèle YALA et Antoine Ange ABENA, respectivement président et vice-président du Comité d’experts.  

Deux (2) points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir : 

    – L’examen du 16ème Rapport de la Task Force à la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ; 

     – Les recommandations de la Coordination Nationale.  

    I/ – De l’examen du 16ème Rapport de la Task Force près la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.  

Invité par le Président de la République à prendre la parole, M. Gilbert ONDONGO, Ministre d’État, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Portefeuille Public, Président de la Task Force, a indiqué à la Coordination Nationale que la pandémie de coronavirus covid-19 demeure au centre des préoccupations mondiales. Le nombre des contaminations et des décès continue de susciter angoisses et interrogations.

Toutefois, on observe depuis peu un ralentissement de l’épidémie à travers le monde.

A ce jour, le nombre des personnes contaminées à travers la planète s’établit à 107 millions, et les décès sont évalués à plus de 2 millions 350.000 décès.

Aux Etats-Unis, le nombre de personnes contaminées a dépassé 27 millions et celui des décès approche de 470 milles.

L’Afrique, malgré les difficultés, continue de donner la preuve de sa résilience face à la maladie, en dépit de l’émergence du nouveau mutant du virus en Afrique du Sud.

Elle compte moins de 4 millions de personnes contaminées et environ 95.000 décès.

Au Congo, on constate l’amorce d’une décrue de l’épidémie, après la remontée constatée en novembre et décembre 2020.

  1. EVOLUTION DE LA SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE.

 

Le mois de janvier 2021 semble avoir amorcé une décrue de l’épidémie de Covid-19. Pour rappel, la précédente décrue avait été observée d’août à octobre 2020.

Après deux mois difficiles, avec un pic à plus de 1.200 personnes contaminées et 19 décès en décembre 2020, il y a eu une baisse des indicateurs au mois de janvier 2021. Elle se poursuit sur les premiers jours de février.

Même si le taux de positivité n’est pas encore inférieur à 5%, la maladie circule un peu moins dans le pays. Elle a occasionné moitié moins de morts en janvier 2021 qu’en décembre 2020.

Brazzaville et Pointe-Noire demeurent les deux principaux foyers de contamination à la Covid-19 au Congo.

L’épidémie a moins circulé à Pointe-Noire qu’à Brazzaville au mois de janvier 2021.

A la date du 5 février 2021, notre pays comptait 92.500 personnes testées, pour un total de cas positifs depuis mars 2020 fixé à 8354 ; le nombre de cas actifs est quant à lui de 1213 personnes. 7019 personnes au total ont été déclarées guéries, tandis que le pays déplore 122 décès depuis le début de la pandémie.

Brazzaville compte le plus grand nombre de personnes contaminées (65,38% du total du pays) et a enregistré le plus grand nombre de décès (65,57% du total des morts de la Covid-19).

En janvier 2021, la maladie circulait encore à un rythme élevé à Brazzaville, identique ou presque à celui de décembre 2020.

Pointe-Noire, deuxième foyer de contamination, après avoir enregistré un rythme de circulation de la maladie plus élevé que Brazzaville pendant trois mois consécutifs (septembre, octobre et novembre), a vu le taux de positivité baisser pour se situer autour de 4% fin janvier 2021. 

Il convient de relever que les départements de Brazzaville et de Pointe-Noire totalisent un peu plus de 92% des personnes contaminées et 96% des décès.

Les signes de la décrue de l’épidémie se lisent à travers les situations de Brazzaville et de Pointe-Noire.

Suivant les indications récentes du ministère de la santé, la clinique LEYONO comptait au 5 février 2021, 18 malades contre plus de 30 à la mi-janvier ; le centre MOUISSOU Madeleine de Pointe-Noire avait quant à lui avait en son sein 7 malades contre plus de 40 à la mi-janvier.

En décembre 2020, on avait dénombré 14 décès à Brazzaville et 5 à Pointe-Noire. Au mois de janvier 2021, les chiffres sont respectivement de 5 et 3.

Face à ces chiffres meilleurs, la Coordination Nationale invite les populations à ne pas relâcher les efforts, et recommande plus que jamais le respect des mesures de prévention, notamment le port obligatoire et conforme du masque, afin de maintenir la dynamique de la décrue.

  1. EVOLUTION DE LA SITUATION ECONOMIQUE.

Durant l’année 2020, l’économie nationale, suivant les estimations du principal syndicat patronal, a perdu près du tiers du volume de ses activités de production.

Toutes les branches d’activités ont été négativement impactées par le développement de l’épidémie de Covid-19. Le transport aérien a connu la baisse la plus significative (-59%). D’autres branches ont payé un lourd tribut à la pandémie : le bâtiment et les travaux publics (-54%) ; l’hôtellerie et la restauration (-53%) ; la maintenance tertiaire (-48%) et les industries de métallurgie, chaudronnerie et peinture industrielle (-44%).

Après un frémissement au mois de décembre, marqué par le volume d’activités le plus important de l’année 2020 grâce à l’augmentation de la consommation des ménages en fin d’année, ainsi qu’à la reprise de l’économie mondiale, le mois de janvier 2021 a vu cette embellie s’estomper.  Plus que jamais, le rebond de l’économie nationale est tributaire de la reprise d’activité des grandes économies mondiales

 TRANSFERTS MONETAIRES AUX POPULATIONS VULNERABLES.

Sur cette question importante, la Coordination Nationale a entendu le rapport de Mme Antoinette DINGA DZONDO, Ministre des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire. Pour permettre aux ménages les plus vulnérables de faire face à leurs besoins alimentaires en cette période d’épidémie de Covid-19, le Gouvernement, sous la très haute autorité du Chef de l’Etat, avait décidé d’octroyer une allocation forfaitaire à 200.000 ménages, à raison de 50.000 fcfa par ménage.

En vue d’en assurer le paiement, il a été mobilisé à ce jour les financements suivants :

  • 4,7 milliards fcfa disponibles sur le compte ̏ Lisungi ̋;
  • 3,5 milliards fcfa au titre d’un décaissement récent des partenaires.

Pour identifier les 200.000 ménages éligibles à l’allocation Covid-19, les équipes du ministère des affaires sociales ont travaillé avec les autorités locales (mairies et sous-préfets), ainsi qu’avec les chefs de bloc, pour réaliser le ciblage communautaire. Le dispositif du Projet Lisungi a été mis à contribution, à travers son serveur, pour recevoir les données.

Au total, 707.038 ménages se sont inscrits. Parmi eux, 586.498 ménages ont fait l’objet à ce jour d’une enquête. Les serveurs du système Lisungi ont enregistré 508.959 ménages.

Après compilation des données et traitement des doublons, il en ressort que  :

  • 999 ménages ont été soumis à l’appréciation des Comités Pluri-acteurs en vue de la certification de leur demande d’accès à l’allocation ;
  • 143 ménages ont été jugés éligibles (hors Likouala).

Un montant de 7.374.250.000 fcfa a été mis à la disposition des agences de paiement pour payer 147.485 ménages. 

La certification du département de la Likouala va être réalisée dans les prochaines semaines.   

Les ressources supplémentaires octroyées par la Banque mondiale (20 millions US dollars) et un financement de l’Etat de l’ordre de 3 milliards fcfa devraient suffire à verser l’allocation prévue aux 339.143 ménages éligibles. 

  1. DE LA VACCINATION DES POPULATIONS DU CONGO.

  1. Clément MOUAMBA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a informé les membres de la Coordination nationale que, conformément aux orientations données antérieurement par Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, un Comité Ad Hoc sur les vaccins a été mis en place ; ce Comité composé de dix membres et constitué d’un large panel de spécialistes des différents aspects inhérents à cette question, est chargé de faire diligence en procédant à une large réflexion, afin que notre pays choisisse dans les meilleurs délais le ou les vaccins adaptés à notre situation.

    II/ – Des recommandations de la Coordination Nationale.   

Après cet examen minutieux de la situation d’ensemble de notre pays, sur les plans épidémiologique et économique, la Coordination Nationale a mené une profonde réflexion sur la nécessité de concilier la gestion prudente et cohérente de la pandémie et le déroulement des opérations préélectorales et électorales, pierres angulaires du processus démocratique.

La prise en compte des impératifs sanitaire et démocratique amène la Coordination Nationale à proposer aux autorités compétentes d’autoriser les rassemblements de population nécessaires au déroulement harmonieux de la campagne présidentielle à venir ; elle suggère que cette autorisation soit accordée sur les bases suivantes :

  • Le port obligatoire et conforme du masque de protection par chaque personne participant à un rassemblement à caractère politique ;
  • La mise à la disposition de tous les participants des solutions hydroalcooliques désinfectantes par les organisateurs des rassemblements ;
  • L’organisation des rassemblements sur des espaces ouverts ;
  • Le respect, autant que possible, de la distanciation physique entre les participants à un rassemblement.

Cependant, et compte tenu de la persistance de l’épidémie, la Coordination Nationale propose la reconduction des décisions ci-après :

– Accélérer les processus d’acquisition des vaccins et de vaccination des différentes catégories de la population.

Proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt (20) jours, à compter du 14 février 2021.

Maintenir le couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, de 23 heures à 5 heures pendant les jours ouvrés, et de 20 heures à 5 heures le samedi et le dimanche ainsi que les jours fériés.

Adapter et poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention.

Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières. 

Organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination.

Limiter à cinq jours (les lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi) l’ouverture des marchés domaniaux à Brazzaville et à Pointe-Noire.

Faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout événement familial. 

Maintenir la fermeture des boites de nuit et autres lieux de danse. 

Faire exercer les contrôles sanitaires et ceux de la force publique à l’entrée et à la sortie de toutes les villes du pays.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif pour tous les passagers au départ du Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif de moins de 72 heures pour tous les passagers arrivant au Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Interdire les promenades en groupe de plus de trois personnes sur les voies et espaces publics, notamment la corniche et les alentours des stades de Brazzaville ainsi que les bords de l’océan atlantique à Pointe-Noire et dans le Kouilou.

Interdire l’installation sur la voie et les espaces publics de chapiteaux destinés à accueillir des personnes.

Limiter à dix (10) le nombre des membres d’une famille appelés à participer à la levée du corps, à la morgue, d’un parent décédé, en voie d’inhumation.

Limiter le nombre de corps à inhumer par jour.

Enfin, et sur proposition du Comité technique de riposte, reprise par la Task Force, la Coordination Nationale recommande les mesures suivantes :

  • réaliser régulièrement les tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19 ;
  • interdire l’utilisation des tests rapides salivaires dans les points d’entrée ;
  • interdire l’utilisation des tests rapides sérologiques pour le diagnostic du SARS-COV-2.

Fait à Brazzaville, le 11 Février 2021 

Pour la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19

Le Ministre de la Communication et des Médias,

Porte-Parole du Gouvernement.