Il s’est tenu ce Mercredi 03 Mars 2021, de 16h00 à 17h30, par visioconférence et sous la très haute autorité de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, la 17ème réunion de la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.  

A été invité à se joindre aux Membres de la Coordination Nationale le Professeur Fidèle YALA, président du Comité d’experts, le Professeur ABENA, vice-président, étant excusé.  

Deux (2) points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir : 

    – L’examen du 17ème Rapport de la Task Force à la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ; 

     – Les recommandations de la Coordination Nationale.  

    I/ – De l’examen du 17ème Rapport de la Task Force près la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.  

Invité par le Président de la République à prendre la parole, M. Gilbert ONDONGO, Ministre d’État, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Portefeuille Public, Président de la Task Force, a indiqué à la Coordination Nationale que la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus Covid-19 est désormais arrivée à un tournant avec les campagnes de vaccination contre la maladie.

A ce jour, près de 200 millions de personnes dans le monde ont au moins reçu la première dose de vaccin contre la Covid-19.

Cependant, dans ses deuxième et troisième vagues, la Covid-19 continue de surprendre et de faire très mal à l’humanité. Au 1er mars 2021, le nombre des personnes contaminées à la Covid-19 dans le monde s’élève à plus de 115 millions tandis que celui des décès a dépassé 2,5 millions.

Malgré plus de 52 millions de personnes déjà vaccinées, les Etats-Unis d’Amérique, restent le pays le plus atteint par la pandémie, totalisant 29 millions de contaminations et plus de 513.000 décès.

L’Afrique a, quant à elle, subi le déferlement de la deuxième vague de la pandémie. Cependant, depuis le début du mois de février 2021, on observe une accalmie. Comme pour les autres continents, la vaccination y est en cours, à une moindre échelle. En effet, près de 4 millions de personnes y ont reçu la première dose de vaccination.  

L’Afrique du Sud, très affectée par un nouveau variant local, demeure le pays le plus concerné du continent par la pandémie du coronavirus. Elle enregistre plus d’1 million 500 milles personnes contaminées et plus de 50.000 décès. Toutefois, on y observe une tendance récente à une diminution de la contamination.

Dans notre sous-région, le Cameroun a déclaré à l’OMS au 25 février 2021, 33.749 personnes contaminées pour 523 décès sur 26 millions d’habitants. Le Gabon déclare 13.884 malades et 76 décès pour 2,2 millions d’habitants. La Guinée Equatoriale a dénombré 5.852 personnes malades et 91 morts sur une population de 1,4 millions d’habitants. Avec une population de 14,4 millions, le Tchad comptait 3.849 malades pour 134 décès ; l’Angola, avec 32,9 millions d’habitants, totalisait 20.519 personnes contaminées et 499 morts. Enfin la République Démocratique du Congo enregistrait 25.080 malades pour 700 décès, pour une population de 89,5 millions d’habitants.

Dans notre pays, les données collectées attestent du fait que le virus continue de circuler activement à Brazzaville. Toutefois, et dans l’ensemble, la décrue de la maladie amorcée en janvier s’est poursuivie en ce mois de février 2021.  

  1. EVOLUTION DE LA SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE NATIONALE.

 

  1. L’EVOLUTION D’ENSEMBLE AU MOIS DE FEVRIER ET DEBUT MARS

La décrue de l’épidémie de Covid-19 amorcée en janvier 2021 s’est poursuivie en février. Le nombre de malades et celui des décès enregistrés dans le pays sont en baisse. Le taux de positivité fléchit légèrement et passe à 6% au mois de février 2021.

Sur l’ensemble du territoire, on ne comptait, en date du 26 février 2021, que 66 malades hospitalisés dont 50 à Brazzaville. Un mois plus tôt, soit le 28 janvier 2021, ils étaient 151 dans les différentes structures sanitaires du pays.

Suivant les indications du ministère de la santé, du 14 mars 2020 au 03 Mars 2021, notre pays a recensé au total 9.179 cas positifs à la Covid-19, sur un peu plus de 100.000 personnes testées, soit un taux de positivité national de 8,8%. Au 22 février, 7.514 personnes étaient déclarées guéries et 1.178 cas actifs étaient comptabilisés ; 131 décès sont à déplorer depuis le 14 mars 2020, soit un taux de létalité de 1,45%. 

  1. L’EVOLUTION DE L’EPIDEMIE PAR DEPARTEMENT

Les départements de Brazzaville et de Pointe-Noire restent de très loin les plus concernés par l’épidémie de Covid-19. On comptabilise en leur sein 93% des personnes contaminées.

Brazzaville demeure le département qui paie le plus lourd tribut à la Covid-19, les 98 cas supplémentaires répertoriés depuis février ayant essentiellement été relevés dans notre capitale. .

Notre capitale concentre plus de 66% du total des personnes déjà contaminées. Durant les trois premières semaines du mois de février, on y a dénombré 728 nouvelles contaminations sur un total de 852 (hors établissements scolaires) pour l’ensemble du pays. Bien plus grave, la maladie circule à un rythme assez élevé à Brazzaville (9,88% de taux de positivité).

Le département de Pointe-Noire a enregistré moins de la moitié (2.341) du nombre des personnes contaminées si on le compare à Brazzaville (5.860). Le département de Pointe-Noire compte 26,54% du total des personnes contaminées.

En février, le nombre de personnes contaminées est ressorti à 124 contre 728 à Brazzaville. Le taux de positivité à Pointe-Noire est de 4,71%.  

Si l’on doit déplorer le niveau relativement élevé de circulation de la maladie à Brazzaville (près de 10% de taux de positivité), on peut en même temps se satisfaire de la faible propagation de l’épidémie en milieu scolaire (moins de 2% de taux de positivité). 

  1. PREPARATION DE LA VACCINATION.

Le Comité ad hoc de la vaccination contre la maladie à coronavirus Covid-19 a produit son premier rapport, portant sur l’évaluation des offres et le choix du type de vaccin.  Ce rapport, examiné par la Coordination Nationale, passe en revue les caractéristiques biologiques des différents vaccins utilisés à travers le monde, en indique les coûts d’acquisition pour le Congo, propose une répartition d’utilisation des différents vaccins en fonction du taux de couverture vaccinale optimale visé et des offres faites par les Etats partenaires ainsi que par les organisations internationales.

La Coordination Nationale a été informée des caractéristiques biologiques des différents vaccins déjà mis sur le marché mondial.

La Coordination Nationale, tenant compte des informations mises à sa disposition par le Comité ad hoc de vaccination, a recensé les offres suivantes :

  • don de l’Etat chinois de 100.000 doses du vaccin << Sinopharm >> ;
  • facilité des Emirats Arabes Unis pour 1.000.000 de doses du vaccin << Spoutnik V ( Gamaleya) >> à acquérir ;
  • facilité de l’Union Africaine pour les vaccins << Pfizer/BioNtech >> et << Johson & Johnson >> ;
  • facilité de l’Union Africaine et COVAX pour le vaccin << AstraZeneca >>.

Les conclusions du Comité ad hoc indiquent que la mise en œuvre de ces différentes offres permettrait de vacciner 1.757.274 personnes, soit 30,39% de la population totale.

Il resterait à couvrir 1.711.632 autres personnes pour atteindre l’objectif d’une couverture vaccinale de 60% du total de la population congolaise.  La coordination Nationale a examiné les différents schémas techniques et financiers qui permettront d’atteindre cet objectif.

Enfin, pour atteindre une couverture vaccinale de 60% de la population et compte tenu des éléments scientifiques soumis à son examen, la Coordination Nationale, tenant compte des caractéristiques biologiques, de l’efficacité, des coûts, des conditions logistiques et des offres, suggère au Gouvernement les deux (02) types de vaccins suivants :

  1. le vaccin Spoutnik V ;
  2. le vaccin Sinophram.

La Coordination Nationale a retenu le fait qu’en tout état de cause, la campagne nationale de vaccination devrait pouvoir démarrer autour du 15 mars 2021, selon des modalités qui seront rendues publiques dans les meilleurs délais.

Compte tenu des offres en présence, la Coordination Nationale invite le Gouvernement à se mettre en relation avec les autorités chinoises, afin d’explorer toutes les pistes possibles en vue de l’éventuelle acquisition du vaccin produit par ce pays. D’autre part, le choix du vaccin Sputnik V dans le cadre de la facilité proposée par les Emirats Arabes Unis, est retenu dans son principe, les modalités pratiques de son acquisition devant être discutées avec les autorités compétentes de ce pays dans les tous prochains jours ;

Enfin, et bien entendu, les autorités nationales resteront attentives aux développements de l’initiative COVAX, dont le Congo est membre à part entière.

    II/ – Des recommandations de la Coordination Nationale.   

  1. EN RAPPORT A LA VACCINATION

Faire venir au Congo, dans les meilleurs délais, le don de l’Etat chinois composé de 100.000 doses de vaccins Sinopharm.

Autoriser les forces armées congolaises à accomplir toutes les démarches nécessaires à l’obtention d’au moins 100.000 doses de vaccins Sinophram, au titre du don que se propose de leur fournir l’armée populaire de libération de Chine.

Accepter la facilité proposée par les Emirats arabes unis qui consiste à acquérir auprès d’eux 1.000.000 de doses du vaccin Spoutnik V, selon les modalités à convenir d’accord commun.

Accélérer le processus d’entrée en possession, le plus tôt possible, des doses de vaccins fournies dans le cadre des facilités dites COVAX et de l’Union africaine.

Rendre prioritaire l’acquisition par l’Etat des vaccins Spoutnik V et Sinopharm pour la vaccination de la population cible non couverte par les dons et facilités internationaux.

Démarrer la vaccination autour du 15 mars 2021.

Se prononcer dès que possible sur les catégories de la population devant recevoir prioritairement les 100.000 doses du vaccin Sinopharm et le million de doses du vaccin Spoutnik V résultant de l’acceptation de la facilité proposée par les Emirats arabes unis.  

  1. QUELQUES NOUVELLES RECOMMANDATIONS EN RAPPORT AVEC LES NECESITES DE LA PREVENTION.

Obliger, sous peine de forte amende, les transporteurs en commun (autocars, taxis, trains, bateaux, hélicoptères et avions) et privés (voiture, bateaux et avions privés) à exiger de tout passager à bord le port conforme du masque de protection individuelle.

Exiger des gérants des bars, restaurants et autres lieux de rassemblement de privilégier l’accueil des clients ou du public en extérieur et d’aérer des espaces d’intérieur lorsqu’ils reçoivent de la clientèle ou du public.

Demander aux organisateurs des << meetings >> et autres réunions politiques de veiller eux-mêmes au respect des mesures barrières par l’ensemble des participants, sous peine de forte amende.

  1. DECISIONS RECONDUITES.

Proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt (20) jours, à compter du 5 mars 2021.

– Maintenir le couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, de 23 heures à 5 heures pendant les jours ouvrés, et de 20 heures à 5 heures le samedi et le dimanche ainsi que les jours fériés.

Adapter et poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention.

Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières. 

– Rendre obligatoire le port conforme du masque de protection par chaque personne participant à un rassemblement à caractère politique.

– Mettre à la disposition de tous les participants à un rassemblement à caractère politique de l’eau avec du savon ou des solutions hydroalcooliques désinfectantes. Et ce, à la charge des organisateurs.

– Organiser des rassemblements à caractère politique sur des espaces ouverts.

-Faire respecter, autant que possible, la distanciation physique entre les participants à un rassemblement à caractère politique.

– Organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination.

– Réaliser régulièrement les tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19 ;

– Interdire l’utilisation des tests rapides antigéniques salivaires dans les points d’entrée au Congo.

– Interdire l’utilisation des tests sérologiques rapides pour le diagnostic de SARS-COV-2.

Limiter à cinq jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi) l’ouverture des marchés domaniaux à Brazzaville et à Pointe-Noire.

Faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout évènement familial. 

Maintenir la fermeture des boites de nuit et autres lieux de danse. 

Faire exercer les contrôles sanitaires et ceux de la force publique à l’entrée et à la sortie de toutes les villes du pays.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif pour tous les passagers au départ du Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif de moins de 72 heures pour tous les passagers arrivant au Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Interdire les promenades en groupe de plus de trois personnes sur les voies et espaces publics, notamment la corniche et les alentours des stades de Brazzaville ainsi que les bords de l’océan atlantique à Pointe-Noire et dans le Kouilou.

Interdire l’installation sur la voie et les espaces publics de chapiteaux destinés à accueillir des personnes.

Limiter à dix (10) le nombre des membres d’une famille appelés à participer à la levée du corps, à la morgue, d’un parent décédé, en voie d’inhumation.

Limiter le nombre de corps à inhumer par jour. 

Fait à Brazzaville, le 03 Mars 2021 

Pour la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19

Le Ministre de la Communication et des Médias,

Porte-Parole du Gouvernement.