Il s’est tenu ce Mercredi 14 avril 2021, de 10h00 à 11h30, par visioconférence et sous la très haute autorité de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, la 19ème réunion de la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.

Ont été invités à se joindre aux Membres de la Coordination Nationale les Professeurs Fidèle YALA et Antoine Ange ABENA, respectivement président et vice-président du Comité d’experts.

Deux (2) points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir :

    – L’examen du 19ème Rapport de la Task Force à la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ;

     – Les recommandations de la Coordination Nationale.

    I/ – De l’examen du 19ème Rapport de la Task Force près la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.  

Invité par le Président de la République à prendre la parole, M. Gilbert ONDONGO, Ministre d’Etat, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Portefeuille Public, Président de la Task Force a indiqué aux Membres de la Coordination Nationale que la maladie de covid-19 fait toujours des ravages dans le monde, avec un nombre de cas de contamination qui bat des records chaque jour avec l’apparition régulière de nouveaux variants du virus que l’on détecte régulièrement aux quatre coins de la planète.

Au 12 avril 2021, le nombre de personnes contaminées dans le monde s’élève à plus de 136 millions et celui des décès avoisine 3 millions.

Les Etats Unis d’Amérique, le pays le plus affecté par l’épidémie, enregistre presque 32 millions de contaminations et plus de 565.000 morts.

L’Inde et le Brésil sont les nouveaux foyers de contamination rapide, avec un total de 13.700.000 cas en Inde et 13.500.000 au Brésil, ce pays totalisant également le plus de décès par jour (plus 4.000) et plus de 355.000 depuis le début de l’épidémie).

En Afrique, la situation n’est globalement pas alarmante. Le continent compte moins de 5 millions de personnes contaminées et un peu plus de 100.000 morts.

Le monde entier s’est engagé dans une course aux vaccins, désormais considérés comme l’arme essentielle dans la lutte contre le coronavirus covid-19.

A la date du 12 avril 2021, plus de 800 millions personnes ont été vaccinées à travers la planète.

L’Afrique ne dispose à ce jour que de moins de 2% de la quantité des vaccins disponibles dans le monde.

Le Congo, notre pays, a lancé sa campagne de vaccination le jeudi 25 mars 2021.

S’agissant de l’épidémie, le virus demeure actif à Pointe-Noire et à Brazzaville. Toutefois, la situation générale est maintenue sous contrôle.

  1. EVALUATION DE LA SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE

Comme dans la plupart des pays du monde, l’épidémie est encore présente au Congo, un an après la déclaration du premier cas. Depuis le début de l’année 2021, elle progresse à un rythme constant, avec un taux de positivité moyen compris entre 6 et 7%. Les foyers de l’épidémie demeurent limités à Brazzaville et à Pointe-Noire.

  1. SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE D’ENSEMBLE

Au cours du mois de mars 2021, l’épidémie a connu une évolution en dents de scie. Pendant les huit (8) premiers jours du mois de mars, le taux de positivité national avait oscillé entre 3 et 5%. Un premier pic était survenu le 9 mars, avec un taux de positivité de 10%. Un deuxième pic (14%) a été enregistré le 19 mars. Le dernier pic remonte au 23 mars (12%). Depuis le 23 mars, le taux de positivité national n’a plus jamais atteint les 10%.

Le nombre de morts des suites de la Covid-19, au cours de ce même mois de mars, a été de 6. C’est le plus faible depuis décembre 2020. Le total des décès à déplorer est de 139 à ce jour.

En fin de mois, on a recensé un total de 650 personnes porteuses de la maladie à coronavirus Covid-19 dont 108 se trouvaient dans les structures sanitaires (publiques et privées) du pays. Il y en avait 48 à Brazzaville, dont 40 à l’hôtel Concorde de Kintélé, 35 à Pointe-Noire et 25 dans les hôpitaux de cinq départements de l’intérieur du pays (Bouenza, Kouilou, Lékoumou, Plateaux et Pool).

  1. SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE A BRAZZAVILLE ET A POINTE-NOIRE

Depuis le début de la pandémie dans notre pays, il y a un peu plus d’un an, les données confirment que Brazzaville et Pointe-Noire sont les deux principaux foyers de coronavirus Covid-19. En effet, près de 94% des personnes contaminées à la Covid-19 dans notre pays l’ont été à Brazzaville et à Pointe-Noire.

A/ SITUATION DE L’EPIDEMIE A BRAZZAVILLE

Brazzaville est en tête des contaminations avec un peu plus des deux tiers (2/3) du total national.

Au mois de mars 2021, il y a eu un fléchissement du nombre des personnes contaminées à Brazzaville. On est passé de 760 en février à 520 en mars.

Les habitants de Moungali et de Poto-Poto ont été le plus contaminés depuis la survenue de l’épidémie de Covid-19 dans notre pays. Ces deux arrondissements totalisent un peu plus de 38% du total des contaminations recensées à Brazzaville.

B/ SITUATION DE L’EPIDEMIE A POINTE-NOIRE

Au mois de mars 2021, le nombre de personnes contaminées a été multiplié par quatre, passant de 112 en février à 424 en fin du mois de mars.

Le mois de mars a été un des plus mauvais en termes de contamination.

On a ainsi comptabilisé huit (8) jours avec un taux de positivité supérieur ou égal à 10%. Le taux le plus élevé (21,6%) a été enregistré le 19 mars.

 L’épicentre de l’épidémie à Pointe-Noire se trouve au cœur de la ville (arrondissement Lumumba).

  1. VACCINATION EN COURS CONTRE LA COVID-19

Lancée les 23 et 25 mars 2021, avec la vaccination de SEM. Le Président de la République, Chef de l’Etat, la campagne de vaccination contre la Covid-19 suit son cours.

Près de trois semaines après ce lancement, 14.297 personnes ont déjà reçu une première dose de l’un des deux vaccins disponibles dans notre pays (Sinopharm et Sputnik V).

A ce stade, la vaccination se fait à Brazzaville et Oyo. A Brazzaville, les sites actifs sont :  l’hôpital mère et enfant Blanche GOMEZ, le centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHUB), la clinique de la garde républicaine (CGR), le centre national de la recherche sur la drépanocytose (CNDR), le centre de soins intégrés de Nkombo (CSI Nkombo), le centre médico-social de la présidence de la République (CMSPR), l’hôpital central des armées (HCA), l’hôpital de référence de Makélékélé (HRM), l’université Marien NGOUABI (UMNG), le palais des Congrès, le camp des sapeurs-pompiers ; à Oyo, le centre de vaccination actif se trouve à l’hôpital général Edith Lucie BONGO ONDIMBA (HGELBO).

L’objectif à atteindre est de vacciner au moins 10.000 personnes par jour, afin de permettre qu’environ 1.000.000 de personnes aient reçu au moins une dose de vaccin dans les trois mois.

Compte tenu de ces nécessités, la Coordination Nationale recommande aux autorités compétentes l’installation et la multiplication du nombre des centres de vaccination, afin de rapprocher ceux-ci des populations-cible ; elle recommande également le lancement sans délai de la vaccination à Pointe-Noire, dont les chiffres de contamination pour le mois de mars indiquent la nécessité de coupler les actions de prévention que sont le dépistage et la vaccination.

  1. IMPACT DE L’EPIDEMIE SUR L’ECONOMIE NATIONALE

Poursuivant son propos, le Ministre d’Etat ONDONGO, Président de la Task force, a révélé aux Membres de la Coordination Nationale que l’économie congolaise a été en grande difficulté à partir de la survenue de la pandémie de Covid-19, début 2020. Les conséquences néfastes de la crise sanitaire se sont ajoutées à la mauvaise conjoncture économique résultant de la baisse des prix du pétrole brut.

L’année 2020 s’est conclue par une récession économique. L’année 2021 s’est ouverte sous de meilleurs auspices.

 

  1. L’IMPACT DE LA COVID-19 SUR L’ECONOMIE EN 2020

Selon le FMI, l’économie congolaise s’est contractée de 8% en 2020 du fait de la pandémie et des mesures mises en œuvre pour la freiner.

En se fondant sur les statistiques d’environ 300 entreprises parmi les plus importantes, on note que le niveau réel d’activités a baissé en moyenne de 31% en 2020.

Les activités essentielles (agriculture, élevage, pêche, exploitation forestière, minière et pétrolière, télécommunications et commerces essentiels), ont subi une forte baisse en 2020.

  1. L’IMPACT DE LA COVID-19 SUR L’ECONOMIE AU PREMIER

   TRIMESTRE 2021

A en juger par le niveau des activités, l’économie nationale est en train de sortir peu à peu de la récession.

En janvier 2021, le niveau des activités n’a pas augmenté par rapport à décembre 2020 ; malgré quelques frémissements dans des branches telles que l’hôtellerie et la restauration, la santé (cliniques privées), l’exploitation forestière, le transport aérien et les banques, les autres branches stagnent ou connaissent une baisse d’activités.

Il convient quand même de noter un début de reprise dans les travaux publics.

    II/ – Recommandations de la Coordination Nationale.  

Lors de sa précédente Réunion tenue le 24 mars 2021, la Coordination Nationale avait, par prudence, acté le maintien des mesures de prévention et de restriction habituellement reconduites. Cette prudence devait s’accompagner d’une évaluation exhaustive de la situation. Compte tenu des éléments portées à sa connaissance, la Coordination Nationale propose le maintien de ces mesures.

D’autre part, des mesures nouvelles, liées à l’intensification des opérations de vaccination et à la relance de l’économie nationale, ont été proposées par la Réunion de ce jour.

  1. LES NOUVELLES RECOMMANDATIONS

       Elles portent essentiellement sur la vaccination et sur la relance de l’économie.

Il s’agit de :

  • accélérer le rythme de la vaccination, en l’étendant sans délai à Pointe-Noire et en parvenant à vacciner au moins 10.000 personnes par jour sur l’ensemble du territoire ;
  • mettre à la disposition des équipes de vaccination les moyens humains, financiers et matériels conséquents, en rapport à l’exigence d’accélération du rythme de la vaccination ;
  • prendre possession, dans les meilleurs délais, des nouveaux dons des doses du vaccin Sinopharm faits par la République Populaire de Chine;
  • multiplier les centres de vaccination à Brazzaville et à Pointe-Noire et en ouvrir au moins un dans chaque chef-lieu de Département ;
  • élaborer en accord avec les partenaires sociaux, principalement les organisations patronales les plus représentatives, un plan de relance des activités des entreprises, à faire financer à la fois par les institutions financieres nationales et sous-régionales, les partenaires techniques et financiers au développement ainsi que par l’Etat ;
  • faire cesser tous les contrôles des entreprises sortant du cadre légal ;
  • organiser les contrôles légaux des entreprises en veillant à éviter le caractère intempestif, répétitif et extensif de ceux-ci ;
  • poursuivre le réaménagement, au cas par cas, des échéances fiscales des entreprises en difficulté à cause de la pandémie de Covid-19.

 

  1. LES DECISIONS RECONDUITES.

Proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt (20) jours, à compter du 17 avril 2021.

Maintenir le couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, de 23 heures à 5 heures pendant les jours ouvrés, et de 20 heures à 5 heures le samedi et le dimanche ainsi que les jours fériés.

Maintenir le port obligatoire et conforme du masque de protection.

Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières.

Poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention.

Organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination.

Limiter à cinq jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi) l’ouverture des marchés domaniaux à Brazzaville et à Pointe-Noire.

Réaliser régulièrement les tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19 ;

Maintenir l’interdiction de l’utilisation des tests rapides antigéniques salivaires dans les points d’entrée et de sortie du territoire.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif pour tous les passagers au départ du Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Exiger la présentation, à la frontière, d’un test PCR négatif de moins de 72 heures pour tous les passagers arrivant au Congo, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.

Interdire les promenades en groupe de plus de trois personnes sur les voies et espaces publics, notamment la corniche et les alentours des stades de Brazzaville ainsi que les bords de l’océan atlantique à Pointe-Noire et dans le Kouilou.

Obliger, sous peine de forte amende, les transporteurs en commun (autocars, taxis, trains, bateaux, hélicoptères et avions) et privés (voiture, bateaux et avions privés) à exiger de tout passager à bord le port conforme du masque de protection individuelle.

Exiger des gérants des bars, restaurants et autres lieux de rassemblement de privilégier l’accueil des clients ou du public en extérieur et d’aérer des espaces d’intérieur lorsqu’ils reçoivent de la clientèle ou du public.

Prioriser l’acquisition par l’Etat des vaccins Sputnik V et Sinopharm pour la vaccination de la population cible non couverte par les facilités et dons internationaux.

Former davantage d’agents des services de santé de tous les horizons (structures sanitaires publiques et privées) et multiplier les centres de vaccination afin d’utiliser toutes les doses de vaccins disponibles dans les meilleurs délais.

Mettre tout en œuvre pour obtenir le plus vite possible les doses de vaccins (hors AstraZeneca) relevant du ̏ mécanisme COVAX ̋ et de la facilité de l’Union Africaine.

Faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout évènement familial.

Maintenir la fermeture des boites de nuit et autres lieux de danse.

Interdire l’installation sur la voie et les espaces publics de chapiteaux destinés à accueillir des personnes, quel qu’en soit le motif.

Limiter le nombre des membres d’une famille appelés à participer à la levée du corps, à la morgue, d’un parent décédé, en voie d’inhumation.

Limiter le nombre de corps à inhumer par jour.

                                                                      Fait à Brazzaville, le 14 Avril 2021

Pour la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19

Le Ministre de la Communication et des Médias,

Porte-Parole du Gouvernement.