Au total deux cent cinquante couturiers et stylistes ont été consignés à Brazzaville et Pointe-Noire par le gouvernement pour fabriquer un million de masques suivant les normes sanitaires requises.

La ministre des Petites et moyennes entreprises (PME), de l’artisanat et du secteur informel, Yvonne Adélaïde Mougany, a reçu le 15 avril, les responsables des ateliers sélectionnés par l’Agence nationale de l’artisanat. Elle leur a présenté l’intérêt de la commande publique et les spécificités techniques des masques artisanaux censés protéger contre la propagation du coronavirus (Covid-19) au Congo.

D’après la fiche technique, les masques devraient être confectionnés sur des dimensions standardisées, soit 19 cm de longueur et 8 cm de largeur. Les matériaux de confection ont été minutieusement étudiés, soit un tissu en coton, la doublure légère, l’élastique dont la couleur doit correspondre à celle du tissu et le rouleau en biais.

Le gouvernement congolais fait confiance à l’industrie locale et au savoir-faire des artisans pour réussir la livraison des masques protecteurs. D’après la ministre des PME, la mobilisation des artisans nationaux s’inscrit dans le cadre de l’élan de solidarité prôné par le gouvernement et la nécessité pour la population de se protéger avec les masques.

« La corporation des artisans et couturiers a été sollicitée par le gouvernement pour la production massive de masques (…) C’est une commande publique. Il faudra absolument que les spécificités techniques fixées soient respectées. Nous avons besoin dans un premier temps que d’un million de masques. C’est un challenge pour ces artisans », a estimé Yvonne Adélaïde Mougany.

Les artisans considèrent la commande du gouvernement comme un acte de reconnaissance de l’industrie locale. Pour le président de la Fédération des artisans du Congo, Luc-Éric Ngossina, les artisans sont prêts à participer à la lutte contre la pandémie du Covid-19. « Dans notre pays, les artisans ne sont pas considérés. C’est un honneur pour nous d’être appelés par le gouvernement afin de participer à la lutte contre le coronavirus », a-t-il dit.

Il faut souligner que le recours aux artisans intervient quelques jours après l’interpellation du Premier ministre, Clément Mouamba le 9 avril, par l’Assemblée nationale. Interrogé sur la disponibilité des masques, il avait évoqué la nécessite de recourir à l’industrie locale.