Biographie

Ministre des affaires étrangères

Fils de Thérèse BOUYA et Gérard NGAKOSSO, Jean-Claude GAKOSSO est né le 25 juillet 1957 dans la maternité évangélique d’Inkouélé (Plateaux). Fils de la brousse comme il l’écrit dans « Ombres et Lumières sous mon Dieu-Soleil»
(paru en 2009 chez Hemar, Brazzaville), il entre au petit séminaire de Makoua à 12 ans et y apprend notamment le latin avant de rejoindre le lycée Patrice Lumumba de Brazzaville.
Admis au baccalauréat (lettres), il part ensuite étudier en URSS et obtient une maîtrise et un DEA en journalisme de l’université de Leningrad (1983). Accueilli à l’université de Paris, il rédige la thèse : ‘’Journalisme et culture : contribution à l’histoire de la presse culturelle de langue française en Afrique noire, des origines aux indépendances, 1927-1960, et obtient en 1986 un doctorat en Sciences de l’information et de la communication avec mention « honorable »

Jean-Claude GAKOSSO devient enseignant-chercheur à l’université Marien-Ngouabi en 1997 et y donne des cours de journalisme avant d’être promu Maître de conférences en 2013 par le CAMES.
Sur le plan politique, il devient « chargé de mission » pour le président Denis Sassou Nguesso à partir de 1991. Puis, de 1997 à 2002, il devient conseiller spécial du président de la République et chef du département de la communication, des postes et télécommunications. Durant cette période, il joue un rôle d’émissaire et rencontre des chefs d’états étrangers pour le compte du président qu’il accompagne dans plusieurs de ses voyages officiels. Durant cette période toujours, il est la principale plume du chef de l’Etat après à l’écriture du célèbre « J’assume » prononcé par Denis Sassou N’Guesso dans le tumulte de la Conférence nationale souveraine en 1991.
Le 18 août 2002, il remplace MAMBOU Aimée GNALI comme à la tête du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme. Lors des élections législatives de 2007, il est élu député (PCT) de la région des Plateaux.
Le 10 août 2015, il est nommé Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération succédant à Basile Ikouébé. Jean-Claude Gakosso est depuis décembre 2020 membre du Bureau politique du Parti congolais du travail (PCT), le parti au pouvoir.
Au nombre des publications, on citera :

  • 1997 : « La nouvelle presse congolaise, du goulag à l’agora» (paru chez l’Harmattan, Paris) ;
  • 2001 : « Ntesa Dalienst et la sublime épopée des Grands Maquisards» (paru aux éditions Gutenberg, Bruxelles, Musiques d’Afrique) ;
  • 2009 : « Ombres et Lumières sous mon Dieu-Soleil»  (paru chez Hemar, Brazzaville) ;
  • 2012: « Engagements culturels pour le partage des lumières» (paru chez Hemar, Brazzaville) ; 

Polyglotte, il parle le français, le russe et le lingala avec une relative maîtrise de l’anglais et portugais. Comme loisirs préférés, Jean-Claude Gakosso est partage son temps dans la visite d’œuvres d’art et d’architecture ; la promenade sur des sites de mémoire et d’archéologie ; la tournée des brocantes et antiquités et la randonnée pédestre en forêt. /-