Mes chers compatriotes ; 

Le temps, dans sa marche irréversible, rythme à la même cadence le passage des années.

Dans quelques heures, 2020 passe le témoin à 2021.

En présentant, il y a quelques jours, l’état de la Nation devant le Parlement réuni en congrès, Je me suis longuement appesanti sur les défis du moment.

Dans notre société, la fin de l’année est généralement synonyme de grande allégresse. Chacun célèbre ces instants pour une raison ou une autre, souvent dans l’espoir de vivre une année meilleure, parfois pour être sorti d’une situation désespérée ou pour avoir échappé à un drame.

Pourtant, parmi les vœux que nous nous souhaitons mutuellement, figure en bonne place le triptyque : SANTÉ – BONHEUR – PROSPÉRITÉ.

Même la longévité, qui intègre ces vœux, reste fonction de la santé, d’où instinctivement la nécessité de veiller sur ce trésor.

Dès lors, nous ne pouvons prendre le risque de mettre en danger notre capital le plus précieux, en l’occurrence la santé.

C’est pourquoi, Je demande que les réjouissances de cette fin d’année se déroulent dans la retenue.

Ne vivons pas les rigueurs actuelles comme une fatalité.

La sagesse ancienne nous enseigne que la nuit, même la plus longue, finit toujours par céder la place à la clarté du jour.

Il nous faut donc persévérer dans l’effort, le travail acharné et la discipline, gages de notre salut collectif.

Dans la Paix, pour la Santé et le Bonheur de toutes les familles ainsi que pour la prospérité de la Nation, Je souhaite à tous :

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2021.

Vive la République !

Vive le Congo ! 

Je vous remercie.