Mesdames et Messieurs ;

Chers Compatriotes,                               

Depuis 2008, chaque 17 novembre la communauté internationale célèbre la journée mondiale de la prématurité. 

Cette journée vise à sensibiliser l’opinion publique en vue de mobiliser les énergies sur les questions liées aux naissances prématurées et d’honorer les bébés nés prématurément et leurs familles.

Le thème retenu pour cette journée est : L’étreinte d’un parent : une thérapie puissante ; Permettre le contact peau à peau dès la naissance “.

La prématurité est une préoccupation mondiale. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 15 millions des bébés naissent prématurément chaque année. C’est un phénomène qui touche un enfant sur 10 dans le monde. Les complications survenant chez les prématurés sont la principale cause de décès parmi les enfants de moins de 5 ans dans le monde. 

En effet, 60% des naissances prématurées ont lieu en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

Dans notre pays, le taux de prématurité est de 16,3%. Le Congo est ainsi le troisième pays ayant le plus grand de taux de naissance prématurées sur 100 naissances vivantes au monde.  Selon le rapport de l’observatoire national des décès maternels, néonatals et infantiles (ODMNI 2021), le taux de mortalité néonatale est à 27 décès pour 1000 Naissances vivantes et représente 61% de la mortalité infanto- juvénile. Et la prématurité est la principale cause de cette mortalité néonatale. Cet état de fait nous oblige à nous mobiliser tous sans exception pour réduire la prématurité et dans le cas échéant créer les meilleures conditions de survie aux bébés nés prématurément. 

Près de 68% de ces décès pourraient être évités d’ici à 2030 grâce à un ensemble de mesures simples telle que le bon suivi de la grossesse par un personnel qualifié dans une structure de santé adéquate, pour la femme enceinte ; l’allaitement exclusif, le contact peau contre peau, les soins essentiels aux nouveau- nés appropriés, les médicaments et équipements essentiels, l’accès à des établissements de santé propres, bien équipés et dotés d’agents de santé qualifiés pour les nouveau-nés.

En effet, de nombreuses études montrent que des mesures aussi simples et peu onéreuses telle que le contact peau à peau autrement appelés « SOINS KANGOUROU », mises à l’échelle permettent de réduire de près de 40% la mortalité des bébés prématurés. 

La réduction de la mortalité néonatale constitue une cible des objectifs de développement durable (ODD) à l’orée 2030. L’atteinte de la cible nécessite l’amélioration des conditions de prise en charge du nouveau-né en général et du prématuré en particulier. 

Cette journée mondiale de la prématurité est une occasion de faire le point et montrer les progrès et difficultés rencontrées dans la qualité des soins appropriés aux femmes enceintes, aux nouveau- nés notamment nés  prématurés,  de faire en sorte que chaque grossesse arrive à terme, que chaque accouchement soit sans danger, que chaque maternité ait un plateau technique adéquat pour la prise en charge des bébés prématurés et promouvoir l’équité dans l’accessibilité des services au niveau des établissements de santé.

Cette journée nous donne également l’occasion de saluer le travail qu’effectue au quotidien nos personnels de santé, médecins, sages femmes, infirmiers, administratifs pour permettre à ce que chaque femme enceinte et chaque enfant à naitre soit bien pris en charge.

Je voudrais également saluer les mères des enfants nés prématurément et leur assuré de notre soutien et affection. Le Gouvernement continuera à fournir les efforts afin que les soins les plus complets de qualité et dignes soient offerts à chaque femme enceinte et à chaque bébé quel que soit l’endroit où ils se trouve sur le territoire national.

Nos remerciements aux partenaires techniques et financiers du Gouvernement notamment les agences du système des nations unies que sont l’UNICEF, l’OMS, le FNUAP, la Banque mondial qui appuient le Congo dans l’amélioration de la qualité des soins et services de santé essentiels.

Chers compatriotes,

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, par le Gouvernement, a mis en exergue les principales conditions pour la mise en œuvre de son programme de société ” Ensemble, Poursuivons la Marche “, parmi lesquelles figurent en bonne place l’amélioration de la santé des populations s.

C’est pourquoi, le Gouvernement réitère son engagement à poursuivre les efforts pour L’accès universel à des services essentiels de santé équitables, de haute qualité et abordables pendant et après la naissance pour la santé des femmes et des enfants. Cet objectif ne peut être atteint que grâce à un effort concerté de toutes les forces vives du pays.

Vive la coopération internationale

Vive la République du Congo

Je vous remercie.

EN FR