La ministre de l’Economie, du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, a lancé le 13 septembre, à Brazzaville, les travaux relatifs à l’atelier sur la validation de l’opérationnalisation du nouveau cadre de gestion des investissements publics.

Prévu sur trois jours, l’atelier s’inscrit dans la perspective de l’amélioration de la qualité de la dépense publique, à travers notamment le budget-programme qui va remplacer, en 2024, le mode de gestion connu sous l’appellation de budget de moyens que le Congo applique jusqu’à nos jours. « Cette réforme, qui est en cours de finalisation, constitue un profond changement de paradigme qui lui-même invite à une réforme du sous-secteur de planification et de gestion des investissements publics afin d’en assurer l’arrimage aux exigences du cadre harmonisé de gestion des finances publiques en général et de la loi organique relative aux lois de finances en particulier », a expliqué la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

Pour ce faire, les participants, notamment les cadres des ministères, spécialistes en passation de marchés, experts en système d’information dans les finances publiques, experts en planification, ont été invités à s’approprier les enseignements qui seront dispensés par les consultants en charge de la mission d’assistance technique à la mise en œuvre du plan d’action triennal 2021- 2023 de la réforme du système de gestion des finances publiques au Congo.  

En effet, selon la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, il convient de garder à l’esprit que le basculement du budget des moyens en budget programme figure au nombre des facteurs d’accélération de la performance du Plan national de développement (PND) 2022-2026 : « une économie forte, diversifiée et résiliente, pour une croissance inclusive et un développement durable irréversible », véritable boussole devant orienter le Congo dans sa marche vers le développement.

« J’attache du prix à la rigueur et à l’assiduité de tous pour assimiler la démarche retenue dans le nouveau cadre général de gestion des investissements publics afin de renforcer la chaîne classique de la dépense publique « planification- programmation-budgétisation et suivi-évaluation » et ainsi accroître le taux d’exécution des projets composant le programme d’investissement public du PND. Agissant ainsi, les cadres des ministères prendraient une part significative au progrès économique et social du Congo », a indiqué la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

Notons que ledit atelier est organisé dans le cadre du Projet de réformes intégrées du secteur public (Prisp) . Lancé en 2019, sur financement du Congo et de la Banque mondiale à hauteur de 40 millions de dollars, le Prisp a pour objectif d’améliorer la gestion des ressources publiques et la responsabilisation en République du Congo.

EN FR